La MétroVille d'Échirolles
Partager
la Boîte à outils
 Actualités 
L'édito de rentrée de Sylvette Rochas

Cet été 2012 a été placé sous le signe du sport.
Les JO de Londres nous ont donné à voir de très beaux exploits de sportives et de sportifs. Les valeurs de l'olympisme nous rappellent que le sport peut être un langage universel, qui rapproche et réunit par-delà les distinctions de sexe, d'origine, les appartenances sociales ou religieuses.
 

Le sport, objet médiatique par excellence, n'est pourtant pas uniquement un terrain de jeu : il s'est régulièrement mué en un terrain de combats, politiques et sociaux. En luttant pour la création d'épreuves féminines aux Jeux olympiques, les femmes ont ainsi pu gagner toute leur place dans le paysage sportif actuel. Leurs détracteurs étaient pourtant nombreux à s'y opposer au début du siècle dernier, à commencer par Pierre de Coubertin lui-même, qui affirmait que « les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs » !
 

Si les progrès sont là, le combat pour l'égalité des sexes n'est pourtant pas encore gagné, dans le monde olympique comme ailleurs. Les différences de traitements entre les femmes et les hommes au sein de plusieurs délégations à Londres nous le rappellent. Les journalistes ont aussi leur part de responsabilité, s'attardant parfois plus sur le physique et le sourire des sportives que sur leurs performances dans leurs disciplines.
 

Nous pouvons aussi nous inquiéter du contrôle qui pèse toujours sur les sportives de certains pays. Quand la liberté de s'entraîner ou de se déplacer est mise à mal, quand le voile est imposé à certaines athlètes, peut-on encore considérer le sport comme un espace d'émancipation ?
 

La part infime de femmes dans les instances de décision et d'organisation des jeux nous montre que le milieu sportif reste encore ''un monde d'hommes''.
 

Heureusement, il reste des symboles forts, avec l'athlète tunisienne Habiba Ghribi par exemple, qui a dédié sa médaille d'argent aux femmes tunisiennes engagées dans la lutte dans son pays !
 

L'actualité de l'été a été marquée également par une avancée importante dans la lutte contre le harcèlement sexuel.
Saluons l'adoption à l'unanimité de la loi contre le harcèlement sexuel, le 31 juillet dernier. Le vide juridique qui subsistait depuis mai dernier a enfin été comblé. C'est le résultat du travail combiné des parlementaires, des ministères des droits des femmes et de la justice, mais aussi des associations, qui luttent depuis longtemps contre toutes les formes de violences faites aux femmes.
 

Il me reste à vous souhaiter une belle rentrée, et à vous donner rendez-vous très bientôt pour la deuxième édition de la Quinzaine régionale de l'égalité femmes-hommes, à laquelle nous prendrons part début octobre.
L'égalité et la mixité seront notamment à l'honneur lors d'une soirée-débat le 12 octobre, qui permettra de découvrir les créations de jeunes filles et garçons de l'agglomération. Le programme complet sera à découvrir prochainement dans un numéro spécial des Rdv de l'égalité.
 

Sylvette ROCHAS
Première adjointe au Maire d’Échirolles
Cohésion sociale, Culture et Égalité Femmes-Hommes, Conseillère générale de l'Isère



Les nouveautés de rentrée de la Maison pour l'égalité !

Le centre de ressources de la Maison pour l'égalité femmes-hommes vous propose de découvrir de nouvelles expositions, des outils pédagogiques, des vidéos et des livres : toutes ces ressources sont disponibles en prêt gratuit pour les personnes et structures de l'agglomération grenobloise.
 

Parmi les nouveautés de cette rentrée, vous pouvez découvrir, emprunter ou réserver :
 

  • Une nouvelle expo

Lutte contre les violences faites aux femmes, association Valmy
Une série de 11 posters composés d'une photo, d'une statistique et d'un article de la Convention pour l'élimination des violences faites aux femmes.
 

  • Des DVD

Sur les identités de genre :
Joue-la comme Beckham, Gurinder Chadh
Boys don't cry, Kimberly Peirce
Tomboy, Céline Sciamma
Sur l'égalité professionnelle :
We want sex equality ! Nigel Cole
 

  • Un jeu pédagogique

Filles-garçons : le grand duel ?! Sania Radosavljevic et Amandine Trizac
 

  • Des albums jeunesse

A quoi tu joues ?  Marie-Sabine Roger
Dînette dans le tractopelle, Christos, Mélanie Grandgirard
 

  • Des livres pour les plus grands

Pour se donner des repères sur l'histoire du féminisme et de l'égalité entre femmes et hommes :
BD : Des salopes et des anges, Tonino Benacquista ; Florence Cestac
Le féminisme au masculin, Benoîte Groult
 

Pour aller plus loin dans l'analyse de la construction du genre et des stéréotypes et pour identifier enjeux et pistes d'action :
Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Brigitte Laloupe
Le poids des apparences, Jean-François Amadieu
C'est pour un garçon ou pour une fille ? Georges-Claude Guilbert
Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Martine Court
Filles-garçons : une sociabilisation différenciée ? Sous la direction d'Anne Dafflon Novelle
Quoi de neuf chez les filles ? Christian Baudelot, Roger Establet
Un beau jour, combattre le viol, Clémentine Autain
La garde alternée, du sur-mesure pour nos enfants, Marta de Tena
Petit traité contre le sexisme ordinaire, Brigitte Grésy
Vie de meuf - Le sexisme ordinaire illustré, Collectif Osez le féminisme
Les monologues du vagin, Eve Ensler
 

Et pour découvrir l'ensemble des ressources de la Maison pour l'égalité, rendez-vous sur le moteur de recherche en ligne !



Le masculin l'emporte Une langue vivante !

Que les hommes et les femmes soient belles... ou que les femmes et les hommes soient beaux ? C'est la question de grammaire de la rentrée, posée par L'égalité c'est pas sorcier !, La Ligue de l'enseignement, le Monde selon les femmes et Femmes solidaires. Leur proposition : que la langue française évolue pour accorder l'adjectif avec le nom le plus proche, afin que ce ne soit plus toujours "le masculin qui l'emporte".
Cette règle dite « de proximité » n'est pas une nouveauté. Elle a été utilisée depuis le grec et le latin de l'Antiquité jusqu'au français du 17ème siècle, avant que l'Académie française ne fixe les règles que nous utilisons aujourd'hui. C'est l'usage de l'élite qui avait alors prévalu sur l'usage du plus grand nombre, avec l'argument selon lequel le genre masculin était « le plus noble ».
Cette proposition bouscule les conventions : une façon de faire vivre notre langue, pour progresser vers plus d'égalité !
Consulter la pétition en ligne.



Jeux Olympiques : des avancées vers l'égalité ?

Il nous semble aujourd'hui banal de voir des femmes concourir nombreuses aux Jeux olympiques. Et pourtant, les premiers JO de l'ère moderne n'étaient pas mixtes ! C'est aux JO de Paris en 1900 que les femmes ont fait leur entrée : elles étaient alors 22 seulement, sur un total de 997 athlètes (en golf, tennis et croquet). Ce n'est qu'en 1928 que les Jeux olympiques ont intégré officiellement et définitivement les femmes, malgré l'opposition de détracteurs, dont Pierre de Coubertin, l'initiateur des jeux de l'ère moderne. Il s'appuyait notamment sur l'opinion des médecins de l'époque, qui voyaient le sport comme une pratique dangereuse pour les femmes, pouvant mettre en péril leur système reproducteur et leur cycle menstruel. Ces préjugés ont eu la vie dure, puisqu'ils ont persisté jusque dans les années 70 !
 

Mais la participation des femmes a progressivement gagné du terrain, pour atteindre 44% cette année à Londres. Autres points positifs à souligner : hommes et femmes gagnent strictement la même prime aux JO lorsqu'ils ou elles sont médaillé-es, ce qui est plutôt rare dans le milieu du sport. Et pour la première fois cette année, la boxe a été ouverte aux femmes : elles sont désormais présentes dans toutes les disciplines olympiques.


Quelques voiles au tableau...

Il faut saluer ces avancées, certes, mais les nuancer aussi. En effet, les femmes peuvent participer à 30 épreuves de moins que les hommes... soit la possibilité de gagner moins de médailles !
Si les femmes étaient présentes dans l'ensemble des délégations, sportifs et sportives n'ont pas toujours bénéficié du même traitement. Les JO ont permis de faire la lumière sur des discriminations toujours vivaces : ainsi, les joueuses de l'équipe japonaise de football (championne du monde) et les basketteuses australiennes ont voyagé en classe éco à l'aller, alors que leurs homologues masculins, dont les palmarès sont moins bons, ont eu droit à la classe affaires. Suite à la médiatisation de ce double scandale, les basketteuses et les footballeuses concernées ont été surclassées en affaires pour leur voyage retour. Victoire symbolique, mais aussi victoire sur les terrains, puisque ces deux équipes sont reparties médaillées (argent pour les japonaises, et bronze pour les australiennes).
 

Plus polémique, la prise de position de l'Arabie Saoudite, qui a imposé aux athlètes féminines le port du voile, mais aussi l'obligation d'être escortées par un proche et de marcher derrière les hommes lors de la cérémonie d'ouverture.
La participation des femmes dans ces conditions peut-elle réellement faire avancer leurs droits, dans ce pays où le sport féminin est encore interdit en public, y compris l'éducation physique pour les petites filles ? Du fait de cette situation, les athlètes saoudiennes sont souvent contraintes de vivre et s'entraîner à l'étranger.

Le voile est toléré depuis le milieu des années 90 aux JO, bien que la charte olympique interdise tout signe religieux ou politique. Plusieurs championnes se sont d'ailleurs battues pour pouvoir choisir de porter ou non le voile. C'est le cas par exemple de Hassiba Boulmerka, qui a remporté la médaille d’or du 1500 mètres pour l’Algérie aux JO de Barcelone : elle a couru en short, cheveux libres, ce qui lui a valu des menaces de mort de la part d’intégristes religieux dans son pays.


Prouesse sportive... ou galbe des cuisses ?

Le beach volley a également fait couler beaucoup d'encre cet été : jusqu’en mars dernier, le règlement de la Fédération internationale de volley ball imposait aux joueuses de beach volley le port du bikini, d’une largeur maximale de 7 cm ! Désormais, les joueuses peuvent porter des T-shirts et des shorts si elles le souhaitent. Cette simple décision a donné lieu à des débats quelque peu surréalistes : l'audience des matches va-t-elle chuter si les centimètres carrés de tissus augmentent ? Les commentaires de certains journalistes soulignent plus souvent la beauté plastique des sportives que des sportifs. Pourtant, au-delà des corps voilés ou hyper-sexualisés, les sportives veulent avant tout être admirées pour leurs performances !
 

Du côté des médias toujours, si France Télévisions a laissé une large place aux compétitions féminines, ses propres équipes de journalistes manquent en revanche de mixité : sur une soixantaine de journalistes, le service des sports du groupe public ne compte que 3 femmes ! Les journalistes femmes sont souvent « reléguées » aux sports un peu moins en vue, comme le badminton ou la natation synchronisée.
 

Gouvernance, encadrement : à quand des quotas dans les instances olympiques ?

Les femmes sont encore très minoritaires au sein des instances dirigeantes de la famille olympique : CIO, CNO, Fédérations internationales et nationales. Le CIO avait décidé de réserver aux femmes un minimum de 10 % des postes dans les instances décisionnelles fin 2000. Cette proportion devait passer à 20 % fin 2005. Pourtant, on est aujourd’hui loin du compte. Le Comité d’organisation des JO de Londres de 2012 ne comptait ainsi qu’une femme parmi les 19 membres : la Princesse Anne.
La parité pourrait-elle constituer un critère de choix pour les prochaines villes organisatrices ?
 

En France, aucune femme ne dirige une fédération olympique et très peu en président. Elles représentent seulement 12% des entraîneurs nationaux, et les équipes de sports collectifs présentes aux JO de Londres étaient uniquement entraînées par des hommes. Il en est de même pour les arbitres : on compte seulement 18 femmes sur 55 arbitres nommé-es pour les jeux olympiques et paralympiques.
 

Le Comité olympique a toutefois conscience de cet enjeu, et la commission « femme et sport » s'attelle à faire progresser l'égalité entre les hommes et les femmes dans le sport, à tous les niveaux. Localement, le Comité départemental olympique et sportif de l'Isère propose plusieurs ressources intéressantes, notamment une belle exposition sur ce thème. A découvrir !
 

Autres initiatives locales : des communes de l'agglomération telles que Grenoble ou Échirolles expérimentent des nouvelles façons de travailler pour ouvrir la pratique sportive aux femmes et aux filles, par exemple en diversifiant leur offre sportive vers des sports non "connotés" féminins ou masculins, en adaptant leur communication à toutes et tous, ou encore en veillant à ce que les moyens investis en faveur du sport soient équilibrés entre les deux sexes.



 L'agenda de l'agglo 
• Cinéma : "Laurence anyways"
 En ce moment Mer, Sam, Mar : 21h15 

Le Club, 9 bis, rue Phalanstère, Grenoble

Le jour de son trentième anniversaire, un jeune homme, très amoureux de sa compagne, lui révèle son désir de devenir une femme. Le jeune réalisateur québécois Xavier Dolan raconte avec beaucoup de tact et de vrais moments de grâce les aléas de l'amour entre une femme et un homme qui veut devenir femme.

• Cinéma jeunesse : "Cendrillon au far west"
 En ce moment Selon jrs : 14h30 ou 17h30 

Jeu de Paume, Square de la Révolution, Vizille

Film d'animation français de Pascal Hérold, qui revisite Cendrillon. Loin de la princesse passive, cette héroïne est un véritable "garçon manqué", avec un caractère de cochon. Aventureuse, ce n'est pas un soulier de vair qu'elle perd, mais une dent dans une bagarre !

• Cinéma jeunesse : "Rebelle"
 En ce moment  

Pathé Échirolles - 4 rue Albert Londres, Échirolles
Les 6 Rex - 13 rue St Jacques, Grenoble
Jeu de Paume - Square de la Révolution, Vizille
Pathé Chavant - 21 bd Maréchal Liautey, Grenoble

Dessin animé, réalisé par Marc Andrew et Brenda Chapman.
Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, les récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

• Séminaire d'échange : "Egalité, laïcité"
 Jeudi 13 septembre 18h-20h 

Stade des Alpes - 1, avenue de Valmy, Grenoble (salle Oisans)

Ce temps de réflexion et d'échanges sera animé par Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux. Spécialiste des musulman-e-s de France et de leurs liens à l’islam, ainsi que du processus de radicalité religieuse, elle accompagne entreprises et institutions à gérer la diversité religieuse, dans le cadre du cabinet d'études Cultes et Cultures Consulting. Elle vient de publier : « Guide pratique de la laïcité à destination des élus de la République », sous la direction de Jean Glavany, décembre 2011, éd. Jean Jaurès.
Cette rencontre est destinée aux élu-es des 28 communes de l'agglomération, ainsi qu'aux technicien-nes concerné-es. Elle vise à des échanges entre communes, et à contribuer aux échelles communale et communautaire à une dynamique globale autour des questions d'égalité et de discrimination.
Cette initiative s'inscrit dans le cadre du développement de la politique de solidarité de la Métro et plus particulièrement dans la démarche de promotion de l'égalité dans laquelle s'est engagée la Métro depuis le 16 septembre 2011.
Deux autres séminaires d'échanges auront lieu d'ici fin 2012, le prochain étant programmé le jeudi 11 octobre.

+ d'infos :
envoyer 1 mail
• Stages d'autodéfense pour les femmes
 Dimanches 23 et 30 septembre 9h30-17h 

15, rue Georges Jacquet, Grenoble

Toutes les femmes ont la capacité et le pouvoir de se défendre. Il s'agit d'apprendre quelques moyens simples et efficaces ! Organisés par l'Association de santé solidaire et de prévention des agressions, ces stages RIPOSTE ont pour but d'acquérir des moyens de se défendre, de prévenir les agressions, de prendre conscience de sa force et de (re)prendre confiance en soi. Cette forme d'autodéfense est adaptée à toutes, pour tous les âges et quelle que soit sa condition physique.
Les prochains stages auront lieu : les dimanches 21 et 28 octobre, puis les dimanches 2 et 9 décembre.
Tarifs : 60€ (40€ tarif réduit)

+ d'infos :
tél. 06 84 26 40 09
envoyer 1 mail
• Journée d'étude : "Identification et prise en charge des victimes de la traite des êtres humains"
 Mardi 25 septembre  

Institut de formation des travailleurs sociaux d'Echirolles - 3, avenue Victor Hugo

Le Service l'Appart de l'association Althéa organise une formation sur l’identification et la protection des victimes de traite des êtres humains, aux fins d’exploitation. La formation est animée par l'association Accompagnement, lieu d'accueil et la coordination du dispositif national "Ac.Sé" (Accueil Sécurisant).
Elle s'adresse aux professionnel-les des services associatifs et institutionnels en contact régulier ou occasionnel avec des victimes. Elle présente le cadre juridique et le phénomène de la traite d'un point de vue national et international, propose des outils techniques d'identification et de gestion des entretiens d'identification et fait le point sur les mesures d'aide et de protection prévues en France.
Bulletin d’inscription à renvoyer avant le 17 septembre 2012, par courrier à l’Appart’ (36 rue Nicolas Chorier 38000 Grenoble), par fax (04 76 17 07 44) ou par mail (service.appart@orange.fr)
Tarif : 45 euros, gratuit pour les étudiants et demandeurs d’emploi.

+ d'infos :
envoyer 1 mail
• Les mardis du CIDFF : "La rupture du contrat de travail"
 Mardi 25 septembre 14h-16h 

CIDFF - 9, rue Raoul Blanchard, Grenoble

Au programme : démission, licenciement, rupture conventionnelle, prise d'acte de la rupture.

+ d'infos :
tél. 04 76 54 14 35
envoyer 1 mail
• Troisièmes Rencontres économiques d'Echirolles : "Egalité professionnelle : avantage égalité..."
 Lundi 1er octobre 18h45 - 21h 

Hôtel de Ville d'Echirolles - 1, place des Cinq fontaines

Autour du thème "Un territoire attractif, des entreprises exemplaires", ces troisièmes Rencontres économiques se pencheront notamment sur la responsabilité sociale des entreprises, avec un volet sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.
Deux ateliers ont eu lieu en mars et juin dernier sur cette thématique : ils ont permis à une dizaine d'entreprises d'Echirolles et de l'agglomération d'échanger sur leurs pratiques en la matière. Quels leviers pour favoriser la mixité des emplois ? Comment faire progresser l'égalité salariale ? Comment favoriser la conciliation des temps professionnel et personnel pour les salariées comme pour les salariés ? Autant de questions et de pistes de réponses qui seront présentées à l'occasion de ces Rencontres destinées aux entreprises.

+ d'infos :
tél. 04 76 20 49 72
envoyer 1 mail
• Soirée-débat : "Egalité : carte blanche aux jeunes de l'agglo"
 Vendredi 12 octobre 18h à 21h 

Lieu à confirmer

Le réseau égalité femmes-hommes de l'agglomération grenobloise, la Métro et la Maison pour l'égalité f-h, en partenariat avec le Planning familial de l'Isère, vous invitent à découvrir des créations des jeunes de l’agglomération. Vidéos, théâtre, danse et créations en tous genres : place à l'originalité et à l'humour pour parler mixité, égalité et respect entre les filles et les garçons. Soirée conviviale avec débat et buffet dans le cadre de la Quinzaine régionale de l'égalité, également labellisée "Atelier Métro-citoyens".

+ d'infos :
tél. 04 38 70 01 03
envoyer 1 mail
• Formation longue : "Conseil conjugal et familial"
 A partir du 13 novembre 2012  

Planning familial de l'Isère - 30, boulevard Gambetta, Grenoble

Le Planning Familial de l’Isère organise une session longue de formation au conseil conjugal et familial, sur 19 mois, qui débutera le 13 novembre 2012. Il s’agit d’une formation à l'écoute, à la relation d’aide dans les domaines de la vie affective, sexuelle, relationnelle et familiale. Elle s’adresse à toute personne titulaire d’un diplôme d’Etat médical, paramédical, social-éducatif, psychologique, juridique, d’animation, ou encore ayant obtenu l’attestation de formation « Education à la vie ».
La formation alternera entre connaissances théoriques (sur l’identité sexuelle, l’évolution des rapports hommes-femmes, le désir ou non désir d’enfant, les couples, les familles aujourd’hui, l’éducation sexuelle, les abus sexuels, les violences, la contraception, l'IVG, les MST, le sida) et mise en pratique (lors des permanences d'accueil, consultations médicales et réunions d'informations de jeunes du Planning familial).

+ d'infos :
tél. 04 76 87 94 61
envoyer 1 mail
 Hors agglo 
• Sport : "1er tournoi international de football féminin"
 Samedi 1er et dimanche 2 septembre  

Stade du Brotillon - Chemin du brotillon, Pierre-Bénite (69)

La Ville de Pierre-Bénite organise son 1er tournoi international de football féminin. Deux catégories seront en lice : les “U18” (moins de 18 ans) et les seniors. Au-delà de la compétition sportive, cet événement a pour but surtout d'encourager la pratique d'une activité physique chez les jeunes femmes. Durant ce week-end, un village sportif proposera ainsi plusieurs stands de sensibilisation et d'ateliers ludiques. À travers cette initiative, Pierre-Bénite souhaite donner des “Elles” au football…

+ d'infos :
tél. 04 78 51 51 02
voir le site
• Exposition : "L'étoffe des femmes"
 Jusqu'au 16 sept Du mar au dim 10-12h, 14-18h 

Musée de Bourgoin-Jallieu - 17 rue Victor Hugo, Bourgoin-Jallieu (38)

La montée en puissance des artistes femmes sur la scène internationale est nouvelle. Majoritaires dans les écoles d’art, celles-ci s’affirment peu à peu dans un monde jusque-là essentiellement masculin. L’art a toujours eu des créatrices, et celles qui, à l’époque moderne, ont posé une première pierre, furent les artistes de l’avant-garde russe (Sonia Delaunay et Natalia Gontcharova). Ainsi, nombre d’artistes utilisent des matériaux et des techniques longtemps réservés aux femmes en occident, tout particulièrement le textile : trousseau, parure et décoration, tapisserie ou broderie…
Œuvres de Isabelle Antoine, Marie-Noëlle Décoret, Marie-Ange Guilleminot, Marie Hendriks, Sophie Menuet, Géraldine Michel, Annick Picchio, Dominique Torrente, Nadine Lahoz-Quillez... à découvrir !
Entrée libre

+ d'infos :
tél. 04 74 28 19 74
• Edition spéciale du programme "Elle active" en Rhône-Alpes
 Lundi 17 septembre 14h à 17h 

Hôtel de Région - 1, esplanade François Mittérand, Lyon (69)

Quelle est la situation des femmes dans l'entreprise et quelle est leur place dans la vie économique ? En partenariat avec la Région Rhône-Alpes, le magazine Elle organise une édition spéciale du programme Elle active. Chef d'entreprise, DRH, syndicaliste, sociologue, psychanalyste et coach témoigneront lors de tables rondes animées par Anne-Cécile Sarfati, rédactrice en chef adjointe de Elle. En présence de Najat Vallaud Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Jean-Jacques Queyranne, président du Conseil régional Rhône-Alpes, ancien ministre, Cécile Cukierman, conseillère régionale spéciale déléguée à l'égalité femmes-hommes et Valérie Toranian, directrice de la rédaction de Elle.
Inscription obligatoire (demandée à l'entrée) : dgmtre@rhonealpes.fr

+ d'infos :
envoyer 1 mail
• Journée : "L'Union Régionale des CIDFF de Rhône Alpes fête ses 30 ans"
 Lundi 1er octobre 9h30-18h30 

Conseil régional Rhône-Alpes - 1 esplanade François Mitterrand, Lyon (69)

Cette journée, inaugurée en présence de Najat Vallaud Belckacem, ministre des droits des femmes, sera ponctuée par des ateliers sur les "Pratiques de l’égalité dans la sphère privée", avec la participation de Dominique Daures, puis sur les "Pratiques de l’égalité dans la sphère professionnelle : de la qualité à la compétence", avec la participation d’un-e représentant-e du CESER.
Des Dialogues en égalité, introduits par Cécile Cukierman, conseillère régionale déléguée à l’égalité, clôtureront la journée, avec la participation de Brigitte Grésy et de François Fatoux, directeur de l’ORSE. Ils porteront sur l'égalité femmes-hommes et la parité avec les questionnements suivant : Quelles plus values pour notre société ? En quoi ce sont des facteurs d’innovation ?" Programme complet à découvir.

+ d'infos :
tél. 04 78 39 32 25
voir le site
envoyer 1 mail
infos éditeur // plan du site
La Maison pour l'égalité femmes hommes est un lieu ressource au service des acteurs de l'agglomération grenobloise sur la thématique du genre. Ce site présente ses missions et ressources, notamment le moteur de recherche des acteurs et des outils disponibles sur l'agglomération.
Ville d'Échirolles Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes métropole Logo L'Europe s'engage avec le Feder Région Rhône-Alpes Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances